Québec – Musée national des beaux-arts du Québec

69
mnba

[in French]

Emporte-moi / Sweep me off my feet
Musée national des beaux-arts du Québec, Québec,
du 24 septembre au 13 décembre 2009

Première collaboration entre le Musée national des beaux-arts du Québec et le Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, cette exposition que signent Frank Lamy et Nathalie de Blois s’est imposée, et ce, sans contredit, comme un des moments forts de la scène muséale québécoise l'an dernier. Non pas que l’événement ait eu plus de presse qu’un autre ou plus de visiteurs, mais cette exposition, belle et signée, est aussi sensible que bouleversante. Si le titre répond exactement à la perception de l’ensemble, il impose au visiteur, avant même son entrée, par l’habile complémentarité de ses sens linguistiques, un état d’esprit, une porosité affective, une attente. Autour de l’amour en art, mais surtout du soulèvement des grandes passions qui en épousent les courbes et les déchirures, les deux commissaires ont rassemblé dans cette première version de l’exposition près d’une soixantaine d’œuvres fortes de puissants mécanismes affectifs, sensuels ou bellement romantiques. Je pense entre autres à cette œuvre magnifique du jeune et très prometteur François-Xavier Courrèges, Another Paradise (2005), où deux inséparables sont filmés en temps réel, à la percutante No Man is an Island II, de Jesper Just, au très heureux vis-à-vis entre Blow Job de Warhol et Requiem de kr buxey. Je pense aussi aux projets sensibles de Diane Borsato, de la déchirante I’m too sad to tell you de Bas Jan Ader à cette goutte de sueur, Transpiration : Portrait olfactif, de Jana Sterbak, conservée dans une fiole de verre baroque et organique. L’amour dans cette exposition est fragile, triste et beau, il traverse le temps et fait parfois oublier le nom des artistes qui le mettent en forme au profit d’une égale appréciation des œuvres pour ce qu’elles ont à partager.
Bien que le premier volet de l’exposition reste touffu, on ne sent ni surcharge, ni contamination. Certaines œuvres sont présentées en intime corrélation dans l’espace, et certaines projections sont isolées derrière des portes anonymes et communes, au pourtour des salles. Coupé du reste de l’exposition, coupé du monde, l’acte de présence et celui d’écoute rencontrent forcément l’intimité. La stratégie est habile compte tenu de l’espace restreint accordé à cette exposition, mais j’aurais aimé en voir plus, tout voir, me perdre dans une salle supplémentaire et ne pas devoir parcourir les pages du catalogue pour avoir un aperçu des nombreuses œuvres qui seront présentées uniquement au Musée d’art contemporain du Val-de-Marne lors la seconde présentation de l’exposition (du 7 mai au 5 septembre 2010). Malgré la voix commune des commissaires, il est difficile de ne pas soupçonner de qui émanent les choix. Le projet demeure toutefois à la hauteur de l’idée qui la porte. Un catalogue l’accompagne, sous la facture du carnet de notes ; l’objet et son contenu sont d’une grande qualité.

Numéro: 

Subscribe to the Newsletter

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Features



Shop



Auction


Information



Contact

esse arts + opinions

Postal address
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Office address
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598