Mutiner – De bosquet à Bush

[Extract in French]

avant tout Au cas où, dans un futur rapproché, la planète devenait un total champ de mines [visibles ou invisibles, explosives ou implosives, privées ou publiques, gigantesques ou microscopiques, salissantes ou propres-propres-propres], et qu’alors elle éclatait en trillions de morceaux, si bien que chacun(e) aurait son île où régner et prier tranquillement le dieu ou la déesse de son choix, et que par conséquent on se perdrait de vue vous et moi, et bien voilà, je voulais simplement vous dire que ça m’a fait bien plaisir. BOUM. c’est la guerre Je laisse donc de côté les sujets que je souhaitais aborder dans cette nouvelle chronique : l’œuvre de Sierra commentée par Natasha Hébert dans le dernier numéro [je considère que le projet de l’artiste aurait pu s’intituler Faire de l’art sur le dos des autres]; l’instinct en performance [dialectique pulsion/imprévu]; le récit de la vie sexuelle de Catherine Millet paru au Seuil [on peut dire qu’elle sait décrire le réel, la dame de chez art press!]; et enfin, les artistes comme travailleurs du sexe [vous vous doutez bien qu’à cause de mon penchant pour Freud, je crois qu’il y ait parenté entre l’art et das Ding]. Mais chaque chose en son temps. J’ai choisi de commenter l’actualité guerrière dont on ne causerait probablement même pas si la voie terroriste n’avait frappé si fort en territoire nord-américain et si la rumeur du bioterrorisme ne menaçait pas l’Occident. En effet, si les deux tours n’avaient pas explosé [1], aucun média ne ferait la une avec les problèmes reliés au fondamentalisme religieux, à la Palestine assiégée ou aux droits humains. Mais qu’est-ce que ça prendra comme explosion pour qu’on parle nettement dans les médias de masse de la politique étrangère des États-Unis, du support des Américains aux pouvoirs de droite dans les pays pauvres et de la guerre faite aux femmes par tous les intégrismes à longueur d’année? BOUM. savoir où être pour ne pas mourir je n'ai pas souvent joué à la guerre aux coboys.

[…]

NOTES :

1. Une résidence d'artiste nommée World's View et gérée par le Low Manhattan Cultral Centre se trouvait au 92e étage de la Tour 1 du World Trade Center. L'artiste qui y séjournait y a perdu la vie comme des milliers d'autres personnes le matin du 11 septembre 2001.

Subscribe to the Newsletter

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Features



Shop



Auction


Information



Contact

esse arts + opinions

Postal address
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Office address
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598