L'humour à Venise

[Extract in French]

Quelques formes contemporaines entre rire et vertige

Entrons tout de go dans le vif du sujet, et cédons à l’exclamation : il y avait de quoi rire à la dernière Biennale de Venise! De l’outrance de Manuel Ocampo aux divagations de Neo Rauch, de l’humour froid de Nedko Solakov à l’ironie de Matthieu Laurette, des parodies grinçantes de sites Internet de Nick Wapplington à la vidéo burlesque des maladresses d’un Mr. Pick-Up, je me suis surpris à constater à quel point des œuvres m’ont fait rire – ou du moins franchement sourire.

Et je n’étais pas seul : témoin ce petit groupe qui, visitant en même temps que moi le pavillon hongrois, s’amusait à essayer les appareils de musculation pataphysiques d’Antal Lakner avec un plaisir non dissimulé, riant avec force tapes sur les genoux. Si bien qu’on se serait parfois cru au milieu des attractions de quelque fête foraine... Le rire à cet égard n’est d’ailleurs qu’un mode de réception parmi d’autres pour bien des œuvres de cette récente Biennale qui jouaient pleinement de l’effet "parc d’amusement". (Ce n’est pas un hasard si deux des pavillons récompensés, tant par la critique que par le public, celui du Canada avec le Paradise Institute de Janet Cardiff et de George Bures Miller et celui de l’Allemagne avec Gregor Schneider, proposaient un espace à percevoir, un lieu à expérimenter. Projection de film simulée dans le premier cas; exploration déconcertante d’une espèce de maison des horreurs dans le second.) Il ne faut pas sous-estimer pareille réaction, en ce sens que l’amusement est ici loin d’être superficiel : au contraire de la moquerie dépréciatrice du béotien ou du bourgeois ayant accompagné les soubresauts de l’art moderne, moquerie par laquelle celui-ci désamorce l’aliénation qu’il éprouve devant l’œuvre en la rejetant, ce rire-là était le plus souvent complice, comme si le plaisir pris à l’œuvre l’emportait sur le décorum de la comédie sociale. Plutôt que de voir dans le rire un épiphénomène en marge du travail cognitif ou une banale réaction proprement idiosyncrasique, je le considérerai donc ici comme l’indice révélateur d’une certaine force de conviction à l’œuvre dans l’œuvre.

[…]

Subscribe to the Newsletter

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Features



Shop



Auction


Information



Contact

esse arts + opinions

Postal address
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Office address
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598