Dossier : Mémoire vive : le processus comme force active

[Extract in French]

Ce n’est pas la première fois que Raphaëlle de Groot aborde la collection et le document d’archives pour parler de la mémoire. L’artiste a l’habitude d’enregistrer la précarité des choses, ses imperfections, ses scories, et de fabriquer une trace avec l’invisible, usant du pouvoir de l’histoire sur l’imagination dans la construction d’une mémoire individuelle qui est aussi celle de sa pratique. L’on pense notamment à la très belle série de dessins aveugles réalisée avec des non-voyants, puis des religieuses, où la ligne chevrotante cherche, se rappelle et donne à voir les méandres du processus du souvenir et de l’interprétation. Instigatrice du vaste laboratoire Mémoire vive dans la ville, de Groot a relevé le défi de faire cohabiter des pratiques d’artistes dont l’engagement dans l’espace public est fort différent les uns des autres, et de les présenter conformément à un processus muséologique au sein de la collection du Centre d’histoire de Montréal qui accueille le projet1. Dans l’une des salles du centre, qui a été convertie en un espace de recherche, le public peut consulter les documents des artistes et suivre un processus en cours qui le confronte à d’autres méthodes interprétatives de l’histoire, à l’instar des pratiques actuelles.

Ce commissariat d’exposition interdisciplinaire, qui explore des voies de diffusion à l’échelle d’une ville en relation avec son histoire, ses quartiers et ses habitants, et où le quotidien, l’aléatoire et les rencontres deviennent les composantes de l’œuvre, a la principale qualité de vouloir questionner nos certitudes face à un art qui se confond avec la «vraie vie» et qui l’imite. Depuis les années 1960, nos certitudes en art ont été ébranlées par des pratiques qui ont fait du temps leur motif et leur principal mode de présentation. On attribue également plus facilement une intention politique aux pratiques œuvrant dans l’espace public qu’à celles exposées en galerie. Pourtant, il existe des œuvres engagées qui mobilisent, qui ont été présentées en galerie, et qui font partie de collections. Mais nous accordons une valeur symbolique plus grande, peut-être à tort comme mission artistique, à des formes d’art qui façonnent notre imaginaire en nous donnant l’impression d’aller, nous aussi, au-devant des choses ou des événements et de partager ce sentiment d’immédiateté et d’urgence avec l’artiste. Dans cette optique, Mémoire vive semble vouloir réconcilier une histoire récente avec un public participant le plus souvent à son insu au sens de l’œuvre. C’est dans cet esprit qu’il faut comprendre les soirées de lecture, les performances et les séries de conférences organisées en complément des interventions artistiques, qui ont certainement amené le public à réfléchir sur le rôle poétique, politique ou social de l’artiste qui agit dans un milieu de vie, à voir diverses formes d’engagement à l’œuvre, à enrichir la pratique et à l’ouvrir sur le monde. Et par la même occasion, réaliser comment l’expérience artistique peut modifier notre perception de l’autre et notre rapport à l’histoire.

[…]

Subscribe to the Newsletter

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Features



Shop



Auction


Information



Contact

esse arts + opinions

Postal address
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Office address
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598