Dossier : Horatio Nelson : 1758-2002 – Mathieu Beauséjour (Internationale Virologie Numismatique)

[Extract in French]

En juillet 2002, Mathieu Beauséjour dépose un paquet de bâtons de dynamite en bronze sur l’emmarchement de la Colonne Nelson. «Le discours doit avoir lieu exactement sur les lieux du crime» nous dit Krysztof Wodiczko [2] au sujet de ses projections sur les grands monuments, les «sans logis de l’histoire», les morally unemployed. C’est sur l’ambiguïté que pose l’identification du lieu et du crime que tient la force du monument et la pertinence du geste de l’artiste.

Au fait, de quel crime et de quels lieux s’agit-il? On a souvent reproché à la Colonne Nelson de n’avoir rien à voir avec l’histoire locale [3], certains allant même jusqu’à s’indigner de sa présence dans un Vieux-Montréal qui témoignerait, par sa belle architecture, de nos origines françaises [4]... Si le monument passe le plus souvent inaperçu, il peut soudainement redevenir visible. Il a suffi que la Ville de Montréal y effectue des travaux, le temps de deux étés [5], pour que se réveillent les passions des chauffeurs de taxi, des animateurs de radio, des politiciens, des groupes de pression, des journalistes et des citoyens. En fait, si la Colonne Nelson encaisse les protestations au gré du climat politique québécois, son sens se réactualise partout et nulle part : dans les conversations privées, dans les médias, dans les récits de voyage des touristes, qui, photographies à l’appui, témoignent de son existence de par le monde.

[...]

NOTES :

1. Projet présenté dans le cadre de Mémoire Vive par Dare-Dare en collaboration avec le Centre d’histoire de Montréal, juillet 2002.
2. Parmi les travaux de l’artiste, notons ses projections sur la Colonne Nelson du Trafalgar Square à Londres en 1985. Voir Marie-Anne Sichère (dir.), Krysztof Wodiczko, art public, art critique, textes, propos et documents. École nationale supérieure des Beaux-Arts, collection Écrits d’artistes, Paris, 1995.
3. Sur le modèle de la colonne impériale de Trajan, le monument relate un fait important de l’histoire mondiale. C’est lors de la bataille de Trafalgar qu’en 1805 l’Amiral Nelson perd la vie bien qu’assurant la victoire de l’Empire britannique sur la flotte napoléonienne. Au plan local, cet événement met ainsi fin à tout espoir d’une reconquête de la colonie par la France.
4. Il ne subsiste que très peu de bâtiments datant du régime français dans le Vieux-Montréal.
5. Dépôt de la statue en 1997 et travaux de restauration en 1998 - 1999.

Subscribe to the Newsletter

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Features



Shop



Auction


Information



Contact

esse arts + opinions

Postal address
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Office address
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598